dimanche 1 mai 2016

atelier 218





© Julien Ribot


Merci à Julien Ribot pour cette photo et à Bricabook pour la proposition d'atelier... 

 
"L’orage s’est abattu sans crier gare.
 Parfois, la pluie éclate après une après-midi ou une matinée très chaude, étouffante… et alors l’eau qui tombe,  vient comme un soulagement, comme l’explosion de quelque chose….
Mais cet orage là… je ne l’avais pas vu venir. Je n’avais pas prévu de parapluie… et me voila trempée…
Pas vu venir …
Comme…
Oui … comme .Comme ces mots qu’il m’a dit. «  Il faut qu’on arrête ». 
5 mots sortis de nulle part.
5 mots lâchés, comme ça, comme une bombe.
5 mots comme cet orage venu de nulle part dans un ciel d’été, bleu.
Cette fois-là, l’orage c’est en moi qu’il a explosé.
C’était un soir de mai…. De mon point de vue, l’avenir était sans nuage, radieux pour une fois.
Et il a lâché sa bombe… une bombe incendiaire qui a semée la dévastation en moi.
Il n’y a pas eu que des pavés mouillés cette fois-là. C’est mon cœur qui a été noyé. C’est mon envie de vivre qui a été submergée… Mes fondations qui se sont écroulées…
Contrairement à ce que je vois d’où je suis, après ce virage il n’y a plus eu de soleil. Plus eu de belles lumières comme parfois après un orage. Non mon ciel s’est coloré de gris, un gris sale. Les nuages sont restés dans mon ciel. Je n’ai pas trouvé de parapluie pour les repousser. Pas d’imperméable pour me protéger.
Comme sur des pavés mouillés, mon cœur reste glissant. Noyé.
Plus rien n’y accroche."

14 commentaires:

  1. Une jolie métaphore filée! Texte émouvant à souhait.

    RépondreSupprimer
  2. Un cœur qui pleure et se désespère... Tu retranscris bien la douleur des ruptures amoureuses.

    RépondreSupprimer
  3. Réponses
    1. merci de votre passage... je vais de ce pas découvrir votre blog !

      Supprimer
  4. La rupture est un petit peu brutale pour ta narratrice mais j'ose espérer que les nuages se dissiperont rapidement sinon ça sera dommage pour elle ! une belle description de cette descente aux enfers ;) merci, Nady

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. une longue glissade sur les pavés mouillés vers l'enfer....

      Supprimer
  5. Ces pavés auront inspiré plus d'un texte sur la rupture dans l'atelier... Images fortes de cette douleur qui submerge..;

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. la pluie remue les coeurs ... rappelle les douleurs !

      Supprimer
  6. Eh bien, comme le dit Nimentrix, ces pavés ont annoncé bien des ruptures. :/
    La sensation est en tout cas très bien décrite, jolie poésie de l'ensemble !

    RépondreSupprimer
  7. Ce qui est encourageant c'est que les pavés mouillés finissent toujours par secher....Par contre ce qu'on a fracturé en glissant dessus met plus longtemps à se réparer....Bon courage pour ton héroïne.....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. les chutes brutales sont celle dont on se remet le plus difficilement .. il faut gérer la douleur ... et la surprise!

      Supprimer