lundi 9 décembre 2019

Seul le silence (R. J ELLORY)


Seul le silence
  •  Seul le silence (R. J ELLORY)
  • Poche : 608 pages
  • Editeur : Le Livre de Poche (26 août 2009)
  • Collection : Policier / Thriller
  • Langue : Français
  • ISBN-10 : 225312527X
  • ISBN-13 : 978-2253125273


Mon résumé :
Joseph Vaughan nait en 1927 en Géorgie. Il a 12 ans quand « la Mort vient à pieds par la route, prendre son père ». Ce sera le premier mort de sa vie et, malheureusement, pas le dernier. Car c’est cette année là aussi que le corps de la jeune Alice Van Horne, 11 ans est découvert.
Le premier corps d’une longue série.
Une série de meurtres de petites filles qui va rythmer et hanter la vie de Joseph… jusqu’à l’obsession…

Mon avis :
Depuis quand ce livre était-il sur ma pile de livres à lire ? Je ne sais même plus, 4 peut être 5 ans…
4 ou 5 ans à empiler des livres dessus… et puis il y a 2 semaines, après avoir fini « Le baiser de l’ogre » je me suis enfin décidée à le prendre.
Et mon seul regret est de ne pas l’avoir lu plus tôt !
Quelle découverte en effet !
L’histoire, d’abord…est saisissante. Bien que très noire, elle est aussi prenante. Tout au long des 602 pages, la même question en boucle : mais qui peut bien être le tueur de petite fille ? Le puis les enquêteurs n’ont aucune piste. Bien sûr, en tant que lectrice amatrice de polar, j’ai soupçonné tour à tour quasiment tous les personnages, même le principal … mais je n’ai jamais pu avoir aucune certitude, aucun indice n’a pu faire pencher la balance.
Les personnages d’ailleurs : impossible de ne pas s’y attacher. Que ce soit Joseph, le héros, ou sa mère, ou encore mademoiselle Weber, ou le shérif Haynes Dearing, tous sont attachants, «  beaux ». Aucun n’est tout noir, ou tout blanc. Ce sont des hommes et des femmes, avec leur part d’ombre et leur part de lumière. Chacun se débrouille comme il peut pour avancer dans une vie jamais facile. Il ne faut pas oublier que l’histoire se déroule entre 1927 et quasiment 2005. Pratiquement 80 ans. Le lecteur est renvoyé dans le passé d’une Amérique où le racisme est de mise, où les déplacements sont lents. Une Amérique de petites villes avec ses cancans, ses on-dits, ses peurs des différences et de l’étranger…
 L’histoire avec un grand H n’est pas oubliée, avec la vision des Américains sur la guerre de 39 (point de vue très intéressant pour moi, car j’ai lu très peu de livres qui traite de ce sujet).
Je pense que le personnage de Joseph hantera longtemps ma mémoire de lectrice. Tout comme l’écriture de Mr Ellory. Sous plume, les personnages prennent vie dans toute leur complexité. J’ai aimé les analyses psychologiques des personnages autant que les descriptions (qui ne sont pas mon fort d’habitude). J’ai aimé son analyse des situations, toujours très fine, sans tomber dans le pathos malgré la noirceur des situations. Une notion clé de ce livre semble pour moi, celle du pardon, du respect de l’autre avec ses forces et ses faiblesses. On perçoit aussi nettement la façon dont l’appréciation d’une situation, d’un comportement peut changer, évoluer dans le temps, en fonction du vécut de chacun, du moment où l’analyse est faite…
Je pourrais continuer longtemps ce catalogue mais je risquerais de vous perdre… Alors je vais juste conclure en vous disant que ce livre est un coup de cœur !

dimanche 3 novembre 2019

Jurong Island (Thierry Berlanda)


 

 
  • Jurong Island (Thierry Berlanda)
  • Broché : 456 pages
  • Editeur : Editions du Rocher (11 avril 2018)
  • Collection : ROC.THRILLERS
  • Langue : Français
  • ISBN-10 : 2268099296
  • ISBN-13 : 978-2268099293




Mon Résumé :
Que feriez -vous si vous appreniez qu’un groupe international projette de prendre (sans demander bien évidemment) le contrôle des systèmes centraux de sécurité de grands États ?
Peut-être vous demanderiez vous son objectif . Et si on vous répondait qu’il souhaite juste soumettre (par la terreur bien évidemment) ces États et pouvoir faire ensuite ce qu’il veut, quand il veut…
Voila la question que le général Obernay( ex patron des services secrets  français) pose à Justine Barcella…
Avant toute prise de décision, il faut savoir que la DGSE française est déjà sous la coupe d’un certain Python …
Le problème pour le monde c’est que dans le combat Python-Barcella, tous les coups sont permis … (et la vie des quidams comme vous et moi ne vaut pas plus qu’une cacahuète...)

Mon avis :
J’espère que vous ( et Mr Berlanda) pardonnerez mon piètre résumé ; je trouvais celui de l’éditeur un poil trop complexe.
Je dois commencer cet avis par un mea-culpa : je n’ai pas, avant de commencer cet opus, pris le temps de relire les précédentes aventures de Justine ( Naija). J’avoue que j’ai un peu regretté par moments, car ma lecture remontait à juillet 2017 ... .et ma mémoire a largement été surchargée depuis…  Il y a donc sûrement des références que je n’ai pas compris…
Ces aveux faits, je peux vous dire que, comme pour le précédent opus, j’ai beaucoup aimé ma lecture.
Une fois n’est pas coutume, commençons par la forme : j’ai vraiment apprécié ces retrouvailles avec l’écriture de Mr Berlanda. Une écriture fluide, émaillée d’expressions et de mots recherchés de références culturelles. Ça va vous sembler bizarre mais j’aime bien découvrir des nouveaux mots, essayer d’en trouver le sens en fonction du contexte …
Je trouve que c’est une forme de respect du lecteur quand l’auteur s’oblige à avoir une écriture travaillée. (J’espère que je ne vous parais pas trop snob en écrivant cela…)
J’ai aussi beaucoup apprécié la construction du récit : la pression du compte à rebours, la façon dont il décrit la simultanéité de ce qui se passe pour chaque personnage, chacun à « un bout du monde ».

Passons au fond : ceux qui me connaissent savent que je ne suis pas fan de science-fiction : mais je ne me suis quasiment pas rendue compte qu’il s’’agissait d’un thriller d’anticipation.. tout semble tellement proche , réel , réalisable… Et c’est même limite « anxiogène » de se dire que les évènements de ce livre pourraient se dérouler demain. Que si l’on ne se méfie pas, demain la science gouvernera tout, l’informatique prendra la pouvoir ??? Que restera-t-il de l’humain ?
J’ai apprécié ce contraste entre la quête de l’homme idéal (jamais malade ou alors vite réparé par nouvelles technologies) , de la croyance en la suprématie des ordinateurs et la quête de Justine et Antoine pour qui l’humain vaut plus que l’ordinateur.
Ce livre amène à s’interroger sur le monde que nous souhaitons : un monde parfait sans ride et sans maladie ou un monde où tout un chacun a le droit d’être ce qu’il est, « sans triche ». Pour moi le choix est fait. En effet, (et j’espère que vous m’excuserez d’extrapoler), si chaque être humain doit être parfait, que deviennent ceux qui cumulent le double « handicap » de ne pas rentrer dans le moule et de ne pas pouvoir être soignés par la science ?  
Mais bon, n’ayez pas peur… ce livre n’est pas un thriller noir ! Car au milieu des guerres d’intérêt, il y a Antoine … Antoine qui s’est retiré dans le « fin fond » de la Corrèze loin de tout contact internet … et de tout danger (du moins le pense-t-il)
Antoine qui croit en l’humain même s’il maitrise bien les ordinateurs...
Et il y a Catherine … je ne vous dirai pas qui elle est ... juste qu’elle m’a rappelée certains de mes jeunes, dans leur spontanéité, dans leur rapport « sans mensonge » au monde... Je suis tombée sous son charme je crois…
Une chose est sûre c’est que j’ai hâte de lire le 3ème tome des aventures de Justine et Antoine.
Je remercie au passage Mr Berlanda pour la gentille dédicace qu’il écrit sur mon exemplaire de