dimanche 22 octobre 2017

Les petites victoires ( Yvon Roi)



Les petites victoires

  •  Les petites victoires ( Yvon Roi)
  • Album: 160 pages
  • Editeur : Rue de Sèvres (6 mai 2017)
  • Collection : BD ADO-ADULTES
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2369814691
  • ISBN-13: 978-2369814696



 ATTENTION : COUP DE COEUR !!!!

Mon résumé :
Au début il y a Marc et Chloé ,un jeune couple comme tant d'autre …et ce qui doit arriver arrive …en la personne d’ Olivier.
Olivier, c’est le petit garçon parfait qui peut rester calme des heures :il suffit de le mettre devant Rififi le lapin. Mais, à force, cette « perfection » inquiète les deux jeunes parents. Il faut dire qu’à 18 mois Olivier ne parle toujours pas…Alors ils vont consulter et le diagnostique tombe. Olivier est autiste.
Un diagnostic, qui heurte ses parents de plein fouet. Un diagnostique qui s’accompagne d’une liste de spécialistes ( orthophoniste, ergothérapeute… ) à consulter, d’aménagements à faire. Une vraie plongée en enfer pour Chloé et Marc.
Mais un jour  Marc décide qu’il va se battre. Qu’il ne peut laisser son petit garçon seul dans sa forteresse de silence. Qu’importe le coût, qu’importe les avis des spécialistes. Il se doit de lutter pour son enfant ! Le début d'un long chemin….


Mon avis
J'ai reçu cet ouvrage sa sortie en mai et je l'ai dévoré tout de suite. Pourtant je n’écris ma critique que maintenant. Pourquoi  vous demandez-vous peut-être….
Parce que la première lecture m'avait mis mal à l’aise. J’étais partagée/tiraillée entre les connaissances sur l'autisme que j’étais en train d’acquérir pour mon travail et le récit de ce père. Entre les prescriptions des scientifiques, des chercheurs et des pédagogues ( j’en passe et des meilleurs)  et ce récit ( et ceux de d’autres parents d’autistes) de la vraie vie .
 Il m'a fallut une deuxième lecture, ce weekend, pour mieux lire entre les lignes et faire la part des choses. Oui les livres sur l'autisme soulignent l’importance d'une vie ritualisée mais comment ne pas être frappée par les mots de ce père : « je ne veux pas qu’il apprenne à vivre avec son handicap je veux qu’il apprenne à le surmonter. »
Avec ces quelques mots, mon regard sur le combat de ce père a changé. J’avais pris ( à tort) l’histoire de ce père pour une critique des « méthodes » pour aider les personnes avec troubles du spectre autistique. Il n’en est rien. Il le dit en introduction «  il veut donner de l’espoir ».
 En réalisant cet ouvrage il veut juste témoigner de son histoire particulière avec ce fils particulier. Il veut juste dire aux parents  qu’il n’y a pas de méthodes miracles, que ce sont les besoins particuliers de l’enfant qui doivent guider les actions. Pourquoi pas utiliser telle ou telle méthode mais il faut avant tout faire en fonction de l’enfant, de la personne autiste. Il faut l’écouter et s’ADAPTER. S’adapter à ses besoins, ses demandes ou non demandes, son caractère à lui et ses croyances à soi. Car faire quelque chose auquel on ne croit pas ne peut pas fonctionner.  Pourquoi ne pas , au contraire, prendre dans chaque méthode ce qui convient à l’enfant, et surtout évoluer et faire évoluer  les actions en même temps que l’enfant progresse….  

Il y a une chose par contre qui n’a pas changé entre mes deux lectures, c’est mon point de vue sur les personnages.
J’ai adoré  Marc, le père. Comment ne pas être touché par son amour pour son fils. Un amour malmené lors de la «  première rencontre » avec son fils. Un amour malmené par un diagnostique brutal, par la différence entre l’enfant dont il avait rêvé, avec qui il avait fait des projets et qui se révèle si différent. Mais un amour incommensurable,
Pourtant il le dit lui-même : rien n'est facile. Mais il dit aussi qu’il a envie de lutter pour faire en sorte que son fils soit un adulte heureux. Oui Olivier n’est pas l'enfant dont il avait rêvé mais est-ce une raison pour ne pas l'aimer ou le rejeter ?
Ceux qui me connaissent savent  qu’Olivier  aussi m’a touché, et encore plus à cette deuxième lecture. Car depuis le mois de mai j’ai fait des rencontres. J’ai crée des liens avec des enfants aussi particuliers qu’Olivier.

 Comment pourrais-je ne pas penser à  N. , à M, à O et à M et à quelques autres ayant des troubles du spectre autistique  en lisant ce livre.  L’histoire d’Olivier n’a  pu que résonner d’une façon encore plus particulière pour lors de cette deuxième lecture.
Je terminerai en remerciant Doriane Sibilet et  les éditions l'école des loisirs & Rue de Sèvre pour cet envoi et aussi LISEZ et FAITES LIRE ce livre à tous, ados, parents,  collègues pour ouvrir les regards et les esprits !  
Je remercie aussi, même s’ils ne le sauront jamais, N. de m’avoir ( involontairement) fait rentrer dans ce monde si particulier des TSA  et  M., O. et M d’être comme ils sont et de m’apporter autant chaque fois que je travaille avec eux.

2 commentaires:

  1. Votre billet me donne le premier sourire de la journée. Merci.
    Yvon Roy

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Votre compliment me touche!!! MERCI A VOUS pour ce magnifique album!!!!!! Impossible de ne pas être touchée par votre histoire! votre fils peut être fier de son papa!

      Supprimer