dimanche 12 mai 2019

Je te hais (Gilles Caillot)





  • Je te hais (Gilles Caillot)
  • Broché: 352 pages
  • Editeur : Terra Nova (14 novembre 2018)
  • Collection : TERRA NOVA
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2824613688
  • ISBN-13: 978-2824613680



Mon résumé

La haine est un sentiment familier pour le capitaine Mark Laskowski . Contrairement à beaucoup il l’a éprouvé dès son enfance… quand son père a commencé à l’humilier, puis a tué sa mère et sa sœur sous ses yeux.
Comment faire face dès lors à l’approche de la date de la libération de ce géniteur abhorré.
D’autant plus que, dans sa vie professionnelle Mark est confronté à des enlèvements d’enfants, aux lettres malsaines envoyées par le ravisseur aux parents…
De quoi perturber un équilibre psychologique déjà précaire.

Mon avis

En découvrant l’histoire de Mark, son enfance, l’adulte qu’il est devenu, le lecteur est amené à s’interroger : peut-on véritablement se remettre d’une enfance traumatique ? Comment se construire quand on a vécu le pire, l’horreur ?
Et comment la justice peut-elle décidé de libérer des hommes qui ont fait … ça ?

Rien n’a été épargné au jeune Mark…  Et pourtant il est devenu policier… mais à quel prix ?
Je ne rentrerai pas dans les détails pour ne pas risquer de trop en dire.
Sachez seulement qu’il est question de folie : de la folie des hommes, de celle qui nous guette tous. Il est question du poids du passé, de ses répercussions dans notre présent.

Je ne peux que vous dire de le lire.  Mais soyez prévenu : par l’enchainement des mots, des phrases, des situations, Mr Caillot ne vous laisse pas un instant de répit. Il vous prend par là main et vous emmène en enfer, dans le psychisme de ses personnages. Jusqu’à…
Un livre coup de cœur, coup de poing dont il est difficile de ressortir indemne. Un livre qui vous colle une boule au ventre, qui vous déstabilise.

jeudi 25 avril 2019

Petit point d'étape...

Ce sont les vacances alors j'en profite pour ... lire.
Depuis une semaine voici mes lectures: 


Je te hais
  Un coup de coeur et un coup au coeur ... bientôt un résumé !!! 










SummerUne déception ... le thème est intéressant, mais trop de longueurs. 
La fin aussi est intéressante mais mon intérêt était un peu trop émoussé pour que je l'apprécie et que je ne saute pas de pages 
... 




La fille qui brûle                       Une belle découverte. 
                       Je tournais autour depuis sa sortie    
                        mais j'ai attendu qu'il sorte en 
                       poche pour me lancer . 
                       Une belle histoire sur l'adolescence, 
                       les relations mère-fille ,l'amitié et le
                       passage à l'âge adulte... 




Et en ce moment 3 livres en parallèle :



Généalogie du malArrête, observe et agis : Stratégies et outils pour développer les compétences exécutives et méthodologiques des élèvesSimple Poche

mercredi 20 mars 2019

Inventer les couleurs (Gilles Paris, illustrations d’Aline Zalko)


Inventer les couleurs


  •  Inventer les couleurs (Gilles Paris, illustrations d’Aline Zalko)
  • Album: 48 pages
  • Tranche d'âges: 10 - 13 années
  • Editeur : Giboulées (7 mars 2019)
  • Collection : HORS SERIE GIBO
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2075116032
  • ISBN-13: 978-2075116039



Mon résumé :
Au départ il y a Hyppolite. C’est jeune garçon qui vit seul avec son papa, en région parisienne. Une vie un peu morne avec un père ouvrier dont Hyppolite est parfois le papa.
Dans la vie du jeune garçon, il y a le collège, les copains, les réveils au petit matin pour se glisser dans le lit de son papa. Son meilleur ami est Gégé, son père à lui est parti avec la mère d’Hyppolite loin, très loin…
Il y a aussi Fatou, et les professeurs. Et il y a les couleurs …
Hyppolite aime mettre des couleurs inattendues sur ses dessins …

 Mon avis :
Ce qui frappe quand vous regardez la couverture de ce livre, c’est la tristesse du regard de l’homme et en même temps l’abandon du jeune enfant/ garçon qui a posé sa tête sur son épaule.
Il est vrai que la vie d’Hyppolite est loin d’être gaie et pourtant il garde son envie de voir le monde différent, d’imaginer le meilleur quand les adultes imaginent souvent le pire. (Une leçon pour nous ?) C’est un doux rêveur … le lecteur sent que son imaginaire est riche… et on aimerait le suivre.
J’ai aimé l’histoire mais je suis un peu restée sur ma faim… j’aurais aimé un texte un plus développé, pour pouvoir cheminer un peu plus longtemps avec ce jeune garçon. Pour comprendre d’où lui vient son goût des couleurs ? pour le comprendre mieux ?  Pour moi ce livre est plus un portrait qu’une histoire. Il pourrait être le premier opus d’une série, où l’on suivrait la vie de Hyppolite, où on le verrait grandir…
Une saga comme celle d’un petit magicien bien connu, sauf qu’ici la baguette magique serait une boite de feutre, et le magicien aurait le pouvoir d’inventer une nouvelle réalité plus colorée !
Je ne sais que dire des dessins de Mme Aline Zalko si ce n’est qu’ils sont splendides et que j’espère rapidement en voir d’autres !!!  
Merci à Mr Paris pour cet envoi  et pour sa dédicace!

dimanche 10 mars 2019

Quelques polars ( suite)


Au moment où j’ai publié l’article précédent je me suis rendue compte que les 2 titres traitaient, chacun à leur manière, de l’industrie pharmaceutique. Les 2 titres dont je vais vous parler ici ont comme points communs d’être des polars du nord de l’Europe.

Indésirable  (Yrsa Sigurdardottir)


Indésirable

  • Poche: 320 pages
  • Editeur : Babel (3 janvier 2018)
  • Collection : Babel noir
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2330090633
  • ISBN-13: 978-2330090630

Mon résumé :
Suite à la mort de sa collègue, Odinn est chargé d’enquêter sur un foyer éducatif qui a fermé ses portes dans les années 70. On envoyait à Krokur des jeunes garçons, coupables de délits mais trop jeunes pour aller en prison. Au cours de son enquête, Odinn découvre que 2 jeunes garçons sont décédés, cette année-là, asphyxiés dans une voiture.
Odinn doit dans le même temps lutter contre ses propres démons : il a récupéré la garde de sa fille de 11 ans, suite à la mort de la mort de sa mère. Même si la police a conclu à la mort accidentelle, de nombreuses interrogations subsistent : la fillette a-t-elle assisté à la chute de sa mère ? Aurait-elle vu autre chose ? quelqu’un ?
Le lecteur, lui « écoute », en même temps l’histoire de Aldis, jeune fille chargée, dans les années 70 du ménage à Krokur….

Mon avis :
Une histoire très prenante.
Le premier chapitre nous montre Odinn dans une voiture, sur le point de mourir asphyxié avec sa fille. Le suivant nous montre me même Odinn  bien vivant ,aux prises avec son enquête sur le foyer, et devant décider si les jeunes garçons envoyés là-bas méritent des réparations de la part de l’Etat pour mauvais traitements.
Tout de suite la curiosité du lecteur est éveillée : qui a bien pu mettre Odinn dans sa voiture ? Qu’est-ce qui va bien pouvoir se passer dans les pages suivantes pour en arriver là ? Autant vous dire que je n’avais pas vu venir les choses.
L’histoire de départ qui semble banale, avec un brin de fantastique va petit à petit se compliquer, se complexifier jusqu’à la fin. A la fin on comprend ce titre : « indésirable » au singulier… L’écriture est fluide et les phrases s’enchainent sans laisser au lecteur le temps de souffler. Le passé et le présent, la vie de Odinn et celle du foyer se mêlent pour une fin assez inattendue et énigmatique finalement.
A lire !!!!

****************************************************************************************

Dans le silence enterré (Tove Alsterdal)

Dans le silence enterré


  • Poche: 480 pages
  • Editeur : Babel (7 mars 2018)
  • Collection : Babel noir
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2330097158
  • ISBN-13: 978-2330097158




Début de la 4ème de couverture :
Katrine Hedstrand, journaliste, vit à Londres. Lorsqu’elle est rappelée à Stockholm au chevet de sa mère qui n’a plus toute sa raison, elle découvre dans les papiers personnels de celle-ci les courriers insistants d’une agence immobilière qui propose des sommes considérables pour une maison située au nord de la Suède, à la frontière avec la Finlande. Katrine, qui n’a jamais entendu parler de cette maison et ne connaît pas même la région natale de sa mère, décide de partir pour Kivikangas. Elle arrive dans une communauté bouleversée par la découverte d’un crime terrible : Lars-Erik Svanberg, un homme âgé qui vit seul depuis des années, a été retrouvé mort, la tête fendue en deux à la hache. Or, Katrine ne va pas tarder à soupçonner que Svanberg en savait long sur l’histoire de Kivikangas et qu’il aurait pu lui apprendre beaucoup sur les jeunes années de sa propre grand-mère, dans une époque bouleversée par la révolution soviétique à laquelle certains, en Suède comme ailleurs, ont cru si passionnément qu’ils ont tout abandonné pour elle.

Mon avis :
529 pages lues en 4 jours… wahou 
Que dire : que j’ai été prise au piège dès le 2ème chapitre ? que je me suis attachée à Katrine ?
J’a apprécié ce polar pour ces raisons et mais aussi pour l’imbrication de la petite histoire dans la grande Histoire. J’ai aimé la recherche par Katrine de ces origines, car vous vous en doutez, elle va faire des découvertes sur sa famille mais aussi sur l’histoire de son pays. Tout comme le lecteur car si beaucoup de polar se passent dans le nord, peu traitent de l’histoire de ce pays, et donnent des éléments que la petite européenne que je suis ignorait…
En fait je n’ai qu’une seule chose à dire : lisez le !!!