lundi 30 octobre 2017

Le cœur battant de nos mères (Brit Bennett)



Le coeur battant de nos mères

  •  Le cœur battant de nos mères (Brit Bennett)
  • Broché: 370 pages
  • Editeur : AUTREMENT (30 août 2017)
  • Collection : Littératures
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2746745720
  • ISBN-13: 978-2746745728

Mon résumé :
17 ans, un âge difficile, charnière. Plus du tout des enfants ni même des ados, pas encore tout à fait adultes… un cap à passer. Et Nadia Turner ne déroge pas à la règle.
Pour elle, en plus des tourments liés à son âge, c’est le moment que sa mère a choisi pour mettre fin à ses jours en se tirant une balle dans la tête.
La voilà seule, la toute jeune Nadia. Seule avec son chagrin et ses interrogations. Seule avec le deuil d’une relation mère-fille symbiotique à faire. Seule avec un père trop déboussolé pour faire face et la soutenir. Un père avec qui la communication était déjà difficile en plus.
Alors la consolation c’est dans les bras de Luke, le fils du pasteur de la communauté, qu’elle va la chercher. Des bras qui deviennent le seul endroit où elle n’est plus considérée comme « la fille de la suicidée ». Sauf qu’une chose en entraînant une autre, Nadia tombe enceinte…et choisi d’avorter. Une décision difficile à assumer quand on est une jeune fille noire dans une communauté religieuse de Californie….

Mon avis
 C’est une bien belle découverte que m’a permis de faire le prix Cultura. Presque dès les premières lignes je me suis attachée à la magnifique jeune fille qu’est Nadia.  Était-ce de la pitié ? Non, assurément non. Car on ne peut pas ressentir de la pitié pour Nadia. L’héroïne de ce livre est une jeune femme courageuse. Malgré les épreuves qu’elle traverse, à seulement 17 ans (le suicide de sa mère, un avortement secret, une rupture…) la jeune fille tient bon. C’est seule qu’elle fait face, qu’elle se construit sa voie de résilience. Car du soutien elle n’en trouve nulle part. Ni auprès de son père qui n’arrive pas lui-même à surmonter la mort de sa femme, ni auprès de Luke qui la laisse tomber au moment même où elle a le plus besoin de lui : son avortement.
Elle doit en plus affronter le regard des autres, ses amies, les membres de la communauté religieuse, qui ne voient plus en elle que la fille de la suicidée.
Et pourtant elle se blinde et fait face, se débrouille, rebondit…
Oui c’est décidément le portrait d’une battante que nous offre l’auteur. Un portrait servi par une écriture toute en pudeur, en retenue et pourtant juste. Pas un mot de trop. Le procédé un peu spiralaire, avec des va-et-vient passé-présent est très adapté.
Même les autres personnages sont attachants finalement ; en dépit de leur rôle parfois pas très joli. A découvrir ! 

Merci à Cultura car c’est dans le cadre de la  Sélection Talents Cultura de la Rentrée littéraire que j’ai pu découvrir ce titre ! 

2 commentaires:

  1. Je suis restée sur ma faim avec ce livre. Il m'a manqué plus de profondeur. Pour moi, ce n'est que du surfaçage et cela m'a gênée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. il ne peut pas plaire à tout le monde ;-)

      Supprimer